Les juridictions allemandes prises de vitesse par Ferrari

Par Justine Salzenstein,

Dans un communiqué de presse datant du 2 décembre 2014, Ferrari a présenté pour la première fois au public sa nouvelle voiture de sport FXX K, destinée uniquement à être conduite sur circuit et produite en nombre très limité.

Ce communiqué comportait deux photographies montrant notamment une vue frontale du véhicule qui est composée du capot dont la forme représente un V et d’un pare-chocs intégrant un spoiler avant à deux couches. Selon Ferrari, cette partie serait perçue comme un tout définissant les « traits de visage » spécifiques à ce véhicule et ferait également penser à un avion ou à une voiture de Formule 1.

Ferrari 1

La société allemande Mansory Design, qui est spécialisée dans la personnalisation de voitures haut de gamme, produit et commercialise des « kits de tuning » destinés à modifier l’apparence de la Ferrari 488 GTB, un modèle de route produit en série, de manière à la rapprocher de celle de la nouvelle FXX K.

En mars 2016, lors du salon international de l’automobile de Genève, Mansory Design a présenté un véhicule ayant subi cette transformation sous le nom de « Mansory Siracusa 4XX ».

Ferrari 2

Ferrari estime que la commercialisation par Mansory Design de ces « kits de tuning » constitue une violation des droits qui lui sont conférés par un ou plusieurs dessins ou modèles communautaires non enregistrés dont elle est titulaire, portant sur la partie frontale de son nouveau modèle (FXX K).

Devant le tribunal régional de Düsseldorf, Ferrari a revendiqué le fait que son droit sur le dessin ou modèle communautaire non enregistré portant sur la partie frontale était né lors de la publication du communiqué de presse le 2 décembre 2014.

Débouté en première instance, Ferrari a également vu son appel rejeté par l’Oberlandesgericht Düsseldorf au motif que le dessin ou modèle communautaire revendiqué, relatif à la partie de la Ferrari FXX K, n’a jamais existé car Ferrari n’a pas démontré que l’exigence minimale d’une certaine autonomie et d’une certaine complétude de la forme était satisfaite.

Ferrari a alors formé un recours en révision devant le Bundesgerichtshof (Cour fédérale de justice allemande) qui a estimé que l’issue de ce dernier dépend de l’interprétation du règlement sur les dessins et modèles No.6/2002. Il s’agit en effet de déterminer dans quelles conditions l’apparence d’une partie de produit (celle revendiquée par Ferrari sur une partie du modèle FXX K), peut, conformément à ce règlement, bénéficier d’une protection en qualité de dessin ou de modèle communautaire non enregistré.

La Cour a donc posé deux questions à la CJUE :

  1. La divulgation/publication de l’image d’un produit dans son intégralité, peut-elle faire naître une protection au titre des dessins ou modèles communautaires non enregistrés sur certaines parties de ce produit, prises indépendamment ?
  2. Si tel est le cas, afin de pouvoir être protégée au titre de dessin ou modèle communautaire, l'apparence d'une partie de produit doit-elle présenter une « certaine complétude » et une « certaine autonomie » par rapport à l'apparence d'ensemble du produit ?

Dans un arrêt du 28 octobre 2021, la Cour a jugé que pour qu’une partie du produit puisse être protégée en tant que dessin ou modèle non enregistré, cette partie ne doit pas nécessairement être divulguée au public de manière distincte mais peut l’être dans le cadre du produit pris dans son ensemble du moment que celle-ci est clairement identifiable.

Sur la seconde question, la Cour a estimé qu’outre le fait que la partie du produit doit satisfaire aux conditions de protection énoncées par le règlement sur les dessins et modèles No.6/2002, à savoir qu’elle doit être définie par des caractéristiques comme des lignes, des contours, des couleurs, des formes et une texture, il n’y a pas de caractéristiques particulières supplémentaires à appliquer pour protéger une partie de ce produit.  

L’affaire ayant été renvoyée devant les juridictions allemandes, il leur revient désormais de rendre une décision sur cette affaire.

Pour de plus amples informations sur ce sujet dans le cadre de votre stratégie de marque, veuillez contacter votre Conseil habituel chez Novagraaf.

Justine Salzenstein, Juriste en Propriété Industrielle – Marques, Dessins et Modèles, Novagraaf France

Insights liés

Nova IP Hour

L’appellation d’origine « morbier » a le monopole de la raie noire

La Cour d’appel de Paris, par un arrêt du 18 novembre 2022, a mis fin à une bataille judiciaire de près de neuf ans opposant le Syndicat interprofessionnel de défense du fromage Morbier à la S.A.S. Fromagerie du Livradois. Sur renvoi de la Cour de Cassation, après question préjudicielle auprès de la Cour de justice de l’Union Européenne, la Cour a reconnu que la reprise par la fromagerie du Livradois de la raie horizontale centrale noire dans ses fromages, caractéristique figurant dans le cahier des charges, constituait une évocation illicite de l’appellation d’origine protégée Morbier. Il s’agit d’un arrêt important dans cette matière qui confirme la protection extrêmement large des indications géographiques. Au-delà de la simple atteinte au nom protégé, la simple évocation d’une des caractéristiques des produits protégés peut être fautive.

Par Carole Roger,
L’appellation d’origine « morbier » a le monopole de la raie noire
Nova IP Hour

Italie : Les actions en déchéance et nullité de marques possibles devant l’office Italien à compter du 29 décembre 2022

Comme c’est déjà le cas en France et dans plusieurs pays de l’Union Européenne, il sera bientôt possible de déposer des actions administratives en déchéance et nullité de marques enregistrées devant l'UIBM. En effet, le décret italien n° 180 du 19 juillet 2022 entrera en vigueur le 29 décembre 2022. L’instauration de ces procédures permettra sans aucun doute de réduire les coûts de défense des droits de Propriété Industrielle dans ce pays et de rationaliser les procédures. Notamment, l’office italien devra rendre sa décision dans les 24 mois. Il s’agit donc d’une excellente nouvelle qui permettra aux titulaires de droits d’actionner en Italie un nouvel arsenal juridique peu onéreux pour faire respecter leurs droits vis-à-vis des tiers contrefacteurs. Lire la suite

Par Carole Roger,
Italie : Les actions en déchéance et nullité de marques possibles devant l’office Italien à compter du 29 décembre 2022
Nova IP Hour

JUB – Report de la Sunrise Period et de l’entrée en vigueur

Le début de la Sunrise Period est reporté de deux mois. Ce délai supplémentaire vise à permettre aux futurs utilisateurs de se préparer à l'authentification forte qui sera requise pour accéder au système de gestion des dossiers et signer des documents, dont les requêtes d’opt-out. En effet, le délai initial semblait insuffisant au regard des intérêts légitimes des utilisateurs qui doivent trouver un fournisseur et acquérir les outils d'authentification requis. Par conséquent, la Sunrise Period commencera le 1er mars 2023 et sera suivie par l'entrée en vigueur de l’AJUB le 1er juin 2023. Comme tous les autres travaux préparatoires sont en bonne voie et conformes à la feuille de route publiée, aucun retard supplémentaire n’est prévu au-delà du 1er juin 2023. Lire la suite

Par Matthieu Boulard,
JUB – Report de la Sunrise Period et de l’entrée en vigueur

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous

Confidentialité et cookies

Pour fournir la meilleure expérience possible aux visiteurs du site Web, Novagraaf utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" ou en continuant d’utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité, y compris la politique en matière de cookies.