Marques de l’Union européenne et drogues : les explications de l’Office européen pour éviter un refus

Par Laetitia Cardi,

Lors de la diffusion d’un webinar par l’EUIPO le 10 mai dernier, il a été rappelé ce qui peut être déposé à titre de marque de l’Union européenne lorsque celle-ci fait référence aux drogues (termes et/ou images).

Tout dépend en réalité du type de drogue concerné par la marque en question.

Il faut distinguer les drogues et substances légales comme les médicaments, l’alcool, le tabac, etc…, des drogues illégales comme la cocaïne, l’héroïne, le LSD, l’ecstasy, le cannabis et bien d’autres.

Les premières ne posent pas de problème particulier. L’EUIPO rappelle que les marques pourront être déposées dans les classes pertinentes :

  • classe 05 pour les médicaments et autres produits pharmaceutiques
  • classes 32 et 33 pour les bières et autres boissons alcooliques
  • classe 34 pour les produits du tabac

En revanche lorsqu’il est question de drogues illégales, l’EUIPO distingue plusieurs cas de figure pour rejeter ou non ladite marque, sur la base de l’atteinte à l’ordre public ou aux bonnes mœurs. Une marque qui sera perçue comme banalisant ou favorisant la consommation de drogues illégales sera refusée sur la base de l’atteinte à l’ordre public ou aux bonnes mœurs. 

A titre d’exemple, la demande de marque de l’Union européenne ci-contre I love cocainen° 013590948 a été refusée.

A l’inverse, une marque faisant référence à une drogue dure illégale (héroïne, cocaïne, etc...) pourra échapper au rejet sur la base de ce fondement, dès lors qu’elle aura manifestement pour but de lutter contre la drogue en question.

On peut citer, à titre d’exemple, la marque de l’Union européenne NO COCAINE HERE n°018013263 déposée en 2019, et notamment enregistrée pour des objets d’art en classes 6, 16, 20 et 21, et des services d’organisation d’expositions en classe 41, ou encore la marque de l’Union européenne COCAINE ANONYMOUS n° 000121087 notamment enregistrée pour des services de désintoxication en classe 42.

Parmi les drogues illégales, certaines sont qualifiées de drogues douces ; il s’agit de toutes les drogues regroupées sous le terme de cannabis.

Une marque faisant référence au cannabis, à la marijuana, sera nécessairement refusée à l’enregistrement si elle désigne des produits du tabac (classe 34), des services de vente de ces produits dans le but de les fumer (classe 35), ou des services de divertissement (classe 41).  

En revanche, et sous réserve d’être distinctive dans son ensemble, elle pourra potentiellement être acceptée à l’enregistrement pour des produits des classes 03 (produits cosmétiques), 05, 10 (pharmaceutiques, médicaux), 31 (plantes), et des services en classe 35 (vente de ces produits dans un but autre que celui de fumer) ou encore 44 (services médicaux).

Pour qu’une telle marque ne soit pas censurée sur le fondement de l’atteinte à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, il faudra notamment que le dépôt soit effectué de bonne foi, mais aussi que le signe déposé n’induise aucun message, aucune interprétation possible promouvant ou incitant à l’usage de drogues illégales.

Enfin dans les classes 29, 30, 32 et 33 (nourriture et boissons) et 43 (fourniture de nourriture et boissons), il faudra distinguer selon le type de drogue en cause. Une marque faisant référence à la majijuana et laissant penser au consommateur que le produit lui permettra de ressentir des effets psychotropes, par exemple, sera en principe refusée à l’enregistrement.  

DBavaria Weedans une décision rendue le 12 mai 2021, le Tribunal de l'Union Européenne a validé le rejet de la n° 017997323 pour des services relevant des classes 35, 39, 42 et 44 en relation avec la commercialisation de cannabis à usage thérapeutique (entre autres).

Dans ce cas précis, le terme « weed », terme d’argot utilisé pour désigner la majijuana illégale, avait été jugé comme faisant référence à un usage récréatif prohibé dans de nombreux états membres, et non à un usage thérapeutique.

Bien que la question de la légalisation du cannabis à des fins thérapeutiques et récréatives fasse l’objet de débats dans de nombreux Etats membres, sa consommation et son utilisation restent à ce jour illégales dans la plupart d’entre eux.

Il convient donc d’être particulièrement prudent en cas de projet de marque faisant référence à des drogues.
Nous vous invitons à visionner le webinar en question.

Pour de plus amples informations sur ce sujet dans le cadre de votre stratégie de marque, veuillez contacter votre Conseil habituel chez Novagraaf ou n'hésitez pas à nous contacter ci-dessous.

Laetitia Cardi, Conseil en Propriété Industrielle – Marques, Dessins et Modèles, Novagraaf France
 

Source : EUIPO, Juan Antonio MORALES PAREDES, The good and bad side of drugs: accepted principles of morality under Article 7(1)(f) EUTMR.

Insights liés

Nova IP Hour

2 800 demandes d’obtentions végétales accordées en 2021 par l’Office communautaire des variétés végétales

L’Office communautaire des variétés végétales (OCVV) est un organisme européen chargé de de la gestion du régime européen de protection des obtentions végétales. Outre son activité de conseil et d’assistance en matière de protection des variétés végétales, il est chargé d’octroyer des droits de propriété intellectuelle sur les nouvelles variétés végétales, tout comme l’Instance nationale des obtentions végétales (INOV) à l’échelle de la France. Dans son rapport annuel sur l’année 2021, l’OCVV indique avoir accordé 2 800 titres sur les 3 480 demandes reçues, soit environ 80% d’acceptation des demandes, ce chiffre est en légère hausse par rapport à l’année 2020. Lire la suite

Par Rose-Marie Ehanno,
2 800 demandes d’obtentions végétales accordées en 2021 par l’Office communautaire des variétés végétales
Nova IP Hour

200 technologies pour faire face dès aujourd’hui au changement climatique

La première édition du « Livre sur les technologies vertes » issue de la collaboration de l’OMPI, du Centre et du Réseau des Technologies Climatiques (CRTC) et de l’Académie égyptienne pour la recherche scientifique et la technologie (ASTR), a été diffusée lors de la COP27 tenue en Egypte. Ce guide pratique présente 200 technologies, actuellement disponibles ou en cours de développement, visant à accroître la résilience et diminuer la vulnérabilité face aux effets du changement climatique. Cette première édition se concentre sur trois aspects : l’agriculture et la sylviculture ; la préservation de l’eau et la protection des zones côtières ; et l’adaptation des villes et la planification urbaine. Cette publication met ainsi en lumière une partie des travaux de la plateforme WIPO GREEN, qui met en relation les fournisseurs de technologies vertes du monde entier avec des personnes recherchant des solutions respectueuses de l’environnement. Pour accéder au livre, cliquez ici !

Par Matthieu Boulard,
200 technologies pour faire face dès aujourd’hui au changement climatique
Nova IP Hour

Le critère de suffisance de description pour les revendications de 1ère application thérapeutique

La chambre de recours de l’OEB avait rendu le 8 avril 2022 une décision portant sur les revendications de première application thérapeutique. Pour la juridiction, il suffit de démontrer qu’une substance ou une composition est adaptée à au moins une utilisation thérapeutique particulière et non à une liste exhaustive pour répondre au critère de suffisance de description nécessaire à l’obtention d’une revendication de première application thérapeutique. Lire la suite

Par Matthieu Boulard,
Le critère de suffisance de description pour les revendications de 1ère application thérapeutique

Pour plus d'informations ou de conseils contactez-nous

Confidentialité et cookies

Pour fournir la meilleure expérience possible aux visiteurs du site Web, Novagraaf utilise des cookies. En cliquant sur "Accepter" ou en continuant d’utiliser le site, vous acceptez notre politique de confidentialité, y compris la politique en matière de cookies.